Revue de presse

Comme je vous l’ai dit précédemment, mon ancien blog a totalement disparu suite à la fermeture subite et imprévue de Blogorama… Six ans, c’est impossible à rattraper, mais je vais tenter de retrouver un peu de son contenu en farfouillant dans ma mémoire… ce n’est pas gagné et l’esprit du moment, évidemment, restera perdu pour toujours.

Je ne peux que coller, rapiécer  la mémoire dépossédée de ce blog qui me manque beaucoup.

Voici quelques-uns des articles de presse que j’ai pu retrouver, très peu à la vérité…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

article Est répu 30-05-10

EPSON scanner image

Publicités

Quatrième de couverture

 

portrait cath chez FloLaissez-moi vous présenter la quatrième de couverture de « Naboja, frontière interdite ». Je l’ai aéré pour une lecture plus facile de cet article :

« Quand Benjamin s’endort, il sourit. Cachés dans l’ombre de sa chambre, les Semeurs de Peur s’inquiètent et s’interrogent : Pourquoi cet enfant n’a plus peur du noir et ignore leur travail de terreur nocturne ? Une nuit, Aurane, la plus terrible des esprits de la nuit, propose à son peuple l’impensable : traverser Naboja, la frontière interdite du Rêve, pour y retrouver Benjamin. En acceptant son plan, les Semeurs de Peur sont projetés dans une aventure fabuleuse où, à leur grande surprise, ils sont amenés à appréhender le monde autrement. Leur voyage devient alors un parcours initiatique où, jusqu’à leur rencontre ultime avec l’enfant, ils grandissent, évoluent, apprennent pour finalement comprendre. Comprendre que cet enfant est bien plus qu’un parmi tant d’autres. Ainsi, malgré des différences apparaissant comme des barrières infranchissables, deux mondes vont se télescoper, s’unir et affronter le Mal pour sauver l’Univers. Naboja, c’est l’histoire bouleversante d’un enfant qui, étouffé par un handicap pesant, fuit dans le monde du Rêve pour échapper au sien. C’est aussi, et surtout, un cheminement intérieur où les héros, alors qu’ils sont sur le point de tout perdre, réalisent que nul ne peut échapper à sa condition, que nul n’a le droit de briser la chaîne qui unit les êtres vivants à l’univers. Un voyage jusqu’au bout de soi-même et des autres. L’histoire palpitante d’un petit peuple de l’ombre et d’un enfant extraordinaire qui avait juste oublié qu’il l’était. »

La nouvelle couverture de Naboja

J’ai récemment demandé à l’artiste Tosca de reprendre son travail sur la couverture du roman. J’aime cet artiste qui est très à l’écoute et qui se donne beaucoup de mal pour satisfaire les demandes.

couv-naboja-web

Le résultat me plait beaucoup, même si je regrette la lumière qui jaillissait du médaillon dans le précédent essai (le résumé n’est pas celui de mon roman).

Qu’en pensez-vous ?