Étiquette : Catherine Jolibois Silvestre

Enfin là !

Voilà, ainsi s’achèvent dix années de travail.

Je partage avec vous ce moment et vous invite à visualiser le film,  via ma page Facebook : Un instant de pur bonheur  (deuxième article sur la page)

 

J’ai encore beaucoup de mal à réaliser que mon projet a enfin abouti. Le résultat est à la hauteur du travail titanesque que j’ai fourni et je n’ai plus qu’un souhait, qu’il vous plaise à vous ; que mon univers, mon imaginaire soient à la hauteur des vôtres.

Pour ceux qui le souhaiteraient, Naboja est vendu au prix de 24.50€, frais de port de 7.00€ (859 g, cela pèse !). Le marque page est offert !

Vous pouvez le commander en me contactant via mon adresse mail (contact) ou via ma page Facebook, en message privé.

A bientôt et merci à tous ceux qui m’ont encouragée et épaulée.

Très sincèrement, très tendrement.

Détails du livre : Couverture touché velours, 511 pages, 23 X 15 X 3.5

 

Envol

Eh bien voilà, c’est fini. Naboja est parti. Cela me fait un peu l’effet du départ d’un enfant qui quitte la maison pour la première fois.

Je me souviens de toutes ces émotions contradictoires qui me tournaient dans le cœur et dans la tête quand mon fils a commencé à s’éloigner de chez nous. Joie, parce que j’avais su lui donner l’envie de conquérir le monde ; tristesse, parce qu’il préférait sa liberté à la tendresse de mes bras ; peur, parce qu’en disparaissant de ma vue, je ne pouvais plus le guider (et si je ne l’avais pas suffisamment armé !) ; angoisses, parce qu’il était seul et que s’il lui arrivait quelque chose, je ne le saurais pas, pas assez tôt… des nuits d’insomnie.

Il se passe un peu la même chose avec Naboja. Tant de joies mêlées à d’insurmontables angoisses ! Des si à la pelle ! Des nuit à ruminer ou à me réveiller en sursaut en me demandant si j’ai bien corrigé telle ou telle ligne, tel ou tel mot.

Une tête au bord de l’implosion et des erreurs qui pleuvent, des oublis insensés qui perturbent… beaucoup. Et si j’étais en train de craquer ? Et si je n’étais pas à la hauteur ?

Voilà où j’en suis après tout ce temps à avoir espéré arriver au bout de ma longue aventure. Tant d’années !

Vous pouvez comprendre ça, vous ?

Il y a tout juste une semaine, je terminai mes corrections

et préparai l’envoi du manuscrit à CopyMédia. Je n’en pouvais plus.

Logo, poster et marques page

Suite des aventures de Naboja et de la Maison d’édition « la Silvine » :

Il y a des moments où l’on réalise que travailler seule s’avère assez compliqué, surtout lorsqu’on explore un monde dont on ne maîtrise pas tout… sinon rien !

Autant l’avouer : je suis épuisée, angoissée, affolée aussi. Il faut l’admettre : mes nuits sont agitées !

Tout avance pourtant plutôt bien et chaque étape de la publication se met en place. Vous ai-je dit que j’étais fatiguée et anxieuse ? Ah oui, je l’ai déjà dit…

Je vous laisse découvrir le marque page élaboré par Tosca :

marque-page-Naboja

Le poster :

poster-Naboja

Et enfin le logo des éditions de la Silvine :

logo définitif

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une critique touchante de Naboja

De Sonia, professeur de Français et correctrice de mon roman. Pour la petite histoire, nous ne nous sommes jamais rencontrés. Sonia s’est accrochée à mon projet grâce à mon blog sur Artblog, il y a de cela plusieurs années. C’est la première impression détaillée de ce qu’elle a lu de Naboja… Je l’ai découverte sur sa page Facebook, c’est très, très touchant ! merci, merci, merci Sonia…
Voici donc ce qu’elle en dit :
« Je reviens pour partager la joie d’une amie, Catherine Jolibois Silvestre, qui vient d’ouvrir sa propre maison d’édition, où elle pourra publier son roman « Naboja, la frontière interdite », ses contes…
J’en suis ravie, car pour un imaginaire tel que le sien, il fallait une maison d’édition unique. Son nom : « La Silvine ». https://naboja.wordpress.com/…/maison-dedition-de-la-silvi…/
Pour vous parler un peu du roman, en espérant, chère Catherine, ne pas en dénaturer l’essence : une histoire où je découvre le monde intérieur d’un enfant, peuplé des plus hideuses et des plus sympathiques créatures qui soient, de celles qui font peur et de celles qui protègent, au fil d’un parcours où se révèle peu à peu ce qui hante le quotidien du petit Benjamin. C’est un roman où rien n’est déterminé, où toutes les émotions de la vie se rejoignent, où l’humour et la vigueur d’une savoureuse répartie ne cessent de me surprendre à un moment où tout semblait perdu.
Ce n’est pas un livre comme les autres. Le texte est comme un océan qui nous invite tour à tour à contempler l’horizon, puis la crête des vagues où tout un monde d’écume et d’embruns nous donne envie d’y plonger tout entier.
C’est un texte qui a été travaillé comme les multiples facettes multicolores d’un cristal qui laisserait passer les rayons du soleil pour en déployer tout le prisme de l’arc-en-ciel.
Et sans perdre de vue la courbe de l’arc, la trame principale, qui nous guide de la terre à la terre, en nous offrant le bonheur d’avoir, arrivés à son sommet, la tête dans les nuages. Nous quittons notre réalité pour y revenir à jamais changés.
Je n’ai de cesse d’y voir un nouveau succès digne de Harry Potter et je l’écris et le crie haut et fort, je le verrais bien adapté au cinéma, c’est signé et re-signé!
Tu as tellement bien fait de te lancer dans cette belle aventure, Catherine! »
sonia de sardaigne

Les amis de Naboja

Les amis de Naboja, Bernard Laurendin, Fatima, Salma, Amélie Nothomb…  (Les amis de Naboja)posté le samedi 26 septembre 2009 14:17 sur artblog.

Mon livre a la chance de recevoir beaucoup de soutien. Les gens connus et inconnus de moi ont parfois montré plus de confiance en mon écriture que moi-même.

Je crois pouvoir dire que sans tous ces gens qui gravitent avec gentillesse et bienveillance autour de moi, je n’y serais jamais arrivée…

Je vous ai déjà parlé de Monsieur Bienaimé qui travaillait à l’époque pour l’association ALACA de Pont à Mousson – association qui aide les jeunes entrepreneurs à monter leur projet d’entreprise.

Il y a aussi Bernard Laurendin, auteur connu de notre région Lorraine pour ses romans historiques dont la Pieta de Metz aux Editions Serpenoise et coorganisateur de L’éte du Livre de Metz. Je le considère comme une sorte de « parrain d’écriture ». Il m’a longuement encouragée et il a pris de son temps pour me lire et me conseiller…

Et puis il y a Fatima Mougenot qui a depuis ouvert un magnifique centre de soins Bio près de Nancy. Ce petit paradis s’appelle Aux Portes de l’Eden et je le conseille d’ailleurs à tous, car il est sans pareil ! Fatima a passé un temps infini à m’écouter sombrer dans mes doutes, à me lire pour que je puisse entendre ce que j’avais écrit… Elle m’a encouragée et encouragée et je l’adore !

Prise par son merveilleux projet, Fatima a eu moins de temps et c’est ma petite Salma Nazaraly qui est venue à mon aide. Cette femme adorable et d’une patience d’ange a non seulement repris ce que faisait mon amie mais, en plus, elle m’a corrigée, traquant sans pitié les moindre fautes et erreurs parfois monumentales que je pouvais faire ! Elle m’a donné tellement ! C’est une amie précieuse et attentive. Je l’aime énormément…

Il y a eu aussi le soutien de Madame Pierson, une formidable poétesse primée bien des fois. Et que dire de cette rencontre incroyable avec Sonia, professeur de Français ! Elle me suivait depuis très longtemps sur mon ancien blog (ben oui, je suis obligée de modifier mes vieux articles !) et elle est devenue ma correctrice après une manipulation désastreuse qui avait anéanti six mois de correction ! Des heures et des heures de travail patients et minutieux… Vous ne le croirez peut-être pas, mais on ne s’est même jamais rencontré ! Une amie pas si virtuelle que ça, pourtant, je peux vous l’assurez !

Je n’oublie pas non plus cet instant de rencontre mémorable avec Amélie Nothomb, lors de sa visite Au Livre sur la Place de Nancy. Elle a tenu mon manuscrit dans ses bras pour lui porter chance !

Amélie Nothomb 2008 à Nancy

Et tous ces gens formidables, j’en oublierais si je devais les citer tous ! Sans parler bien sûr de mes parents, mon mari, mes enfants, ma famille, mes amis… Je suis tellement bien entourée !

Comment vous remercier, vous qui m’avez tant aidée et tant soutenue !

En publiant sans doute… Mais ça… c’est une autre et longue histoire… Je peux changer cette dernière phrase, valable en 2009, et la modifier en : « et ça, c’est pour bientôt !« 

MERCI à tous !

Communiquer pour se faire connaître

Depuis plusieurs années, je n’ai de cesse que de rencontrer des gens : enfants, adolescents et adultes pour faire connaître et partager mon projet de publication. De classe en classe, de médiathèques en écoles, collèges et lycées, d’associations en clubs lecture, je vais là où l’on veut bien m’écouter, partageant le travail de folie d’un auteur, ses rêves et ses espoirs. J’avoue adorer cela !

Toujours parce que mon blog officiel a disparu à cause de Blogorama, avalant mes six années de travail, je continue à chercher à me remettre un peu à flot, parcourant les sites et mes pages pour retrouver quelques infos sur la vie de Naboja.

Voici quelques images, tirées de mes interventions… il en manque beaucoup, beaucoup…

Frouard (médiathèque pour les écoles Colvis, Piecuch…, club lecture, école Elsa Triolet avec Madame Harman en Cm2 qui a proposé tout un travail autour de mon roman, collège, club écriture…), Laître-sur-Amance (classe CM1/CM2 de Madame Guery + Intervention au cour d’un voyage scolaire), Longuyon (club lecture), Pont à Mousson (lycée Hanzeley – CDI), Nomeny (école primaire), Nancy (association AMP, lycée George De la Tour…)…

Revue de presse

Comme je vous l’ai dit précédemment, mon ancien blog a totalement disparu suite à la fermeture subite et imprévue de Blogorama… Six ans, c’est impossible à rattraper, mais je vais tenter de retrouver un peu de son contenu en farfouillant dans ma mémoire… ce n’est pas gagné et l’esprit du moment, évidemment, restera perdu pour toujours.

Je ne peux que coller, rapiécer  la mémoire dépossédée de ce blog qui me manque beaucoup.

Voici quelques-uns des articles de presse que j’ai pu retrouver, très peu à la vérité…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

article Est répu 30-05-10

EPSON scanner image